;
Brèves / 18.01.2019

Amazing Aretha

Les 13 et 14 janvier 1972, Aretha Franklin, accompagnée de ses musiciens et d’une chorale dirigée par James Cleveland, enregistrait à la New Temple Missionary Baptist Church de Los Angeles la musique qui servirait quelques mois plus tard de base au double album “Amazing Grace”, qui deviendrait à la fois son plus grand succès commercial personnel et l’album gospel le plus vendu de tous les temps.

Filmées par une équipe dirigée par le cinéaste Sydney Pollack, les images de ces deux soirées n’avaient jamais été dévoilées au public, suite à différents problèmes techniques, mais aussi et surtout au refus constant de la principale intéressée, encore renouvelé par le biais de la justice quelques mois avant son décès. C’est donc grâce aux héritiers que, 47 ans presque jour pour jour après l’événement, une cinquantaine d’amateurs éclairés ont pu découvrir pour la première fois en France les images filmées à cette occasion, deux mois après l’avant-première américaine et au lendemain de la première projection londonienne. 

Après une intéressante mise en perspective assurée par le légendaire producteur rock Joe Boyd, associé au projet à l’époque, la magie peut opérer : pendant quatre-vingt-dix minutes, les spectateurs sont projetés à l’intérieur de la New Temple Missionary Baptist Church – étonnamment petite : il y a tout au plus deux cents personnes à l’intérieur, quasi exclusivement afro-américaines et essentiellement féminines – pour entendre Aretha. Il ne s’agit pas d’un documentaire au sens strict du terme, mais d’un film de concert : en dehors de quelques lignes de texte au début, il n’y a pas d’éléments de contexte ou d’interviews, et seules quelques brèves images de répétition viennent interrompre le déroulé des deux soirées. Musicalement, il n’y a pas de surprise, d’autant que l’intégralité des concerts avait été publiée il y a quelques années. Mais l’émotion de voir enfin les images qui les accompagnent est immense et le résultat, particulièrement bien monté malgré la qualité aléatoire des images, est sublime. 

 

 

Sans déflorer le film, quelques plans sont particulièrement mémorables : Aretha, tendue et concentrée, debout derrière la chaire de l’église avant de commencer à chanter, James Cleveland, envahi par l’émotion pendant Amazing grace, qui doit abandonner le piano pour aller s’asseoir à l’écart, le visage dans les mains, le révérend CL Franklin qui se lève pour venir éponger la sueur sur le front de sa fille, le regard d’Aretha vers son père pendant que celui-ci fait son éloge… Quelques moments plus légers viennent faire baisser de façon bienvenue la tension – la présence discrète de Mick Jagger et Charlie Watts au milieu des paroissiens sur leur “Sunday best”, la crise d’hystérie quelque peu surjouée de la légende du gospel Gertrude Ward, calmée par sa fille, les pas de danse de quelques fidèles – mais l’ensemble ne perd jamais son focus sur la musique et sur Aretha. 

Difficile de résumer en mots l’impression laissée par ce film, qui devrait sans aucune hésitation atteindre le panthéon des meilleurs films de concerts aux côtés par exemple de “The Last Waltz” de Martin Scorcese. Difficile, aussi, de comprendre pourquoi Aretha elle-même s’est opposée constamment à toute diffusion de ces images de son vivant, tant elle resplendit tout au long du film : peut-être n’était-elle pas à l’aise avec ces images, à la stupéfiante intensité, qui montrent en gros plan son visage en sueur… Mais ces quatre-vingt-dix minutes sont un monument à l’œuvre et au génie d’Aretha, qui n’a sans doute jamais mieux chanté que lors de ces deux soirées.

À la date d’aujourd’hui, rien n’a été finalisé concernant une éventuelle distribution française, qu’il s’agisse d’une programmation en salle, d’une diffusion télévisée ou d’une publication en DVD. Il serait néanmoins absolument scandaleux que le grand public en soit privé plus longtemps !

Frédéric Adrian