;
Live report / 17.02.2019

John Németh

La Grande Ourse, Saint-Agathon (22), 3 février 2019.

À Saint-Agathon, près de Guingamp, la programmation de la salle La Grande Ourse est à suivre car elle propose régulièrement des artistes de haut niveau. En ce 3 février, c’est John Németh qui est en vedette, accompagné par Soul Shot, soit Anthony Stelmaszack à la guitare, Antoine Escalier à la basse et Fabrice Bessouat à la batterie. Comme à son habitude, John est en combinaison de travail, celle du jour est étonnamment sobre, chapeau et lunettes noires, une posture qui n’est pourtant pas là pour cacher quoi que ce soit car il communique toujours autant avec le public, sur scène ou en dehors, l’homme n’étant pas avare de conversations surréalistes et drolatiques.

Antoine Escalier

John est d’abord un très grand chanteur, d’une apparente facilité qui laisse deviner le travail et l’expérience, mais c’est aussi un harmoniciste subtil, sur son propre territoire, à la marge des classiques de Chicago et de Californie. Au diatonique, ou au chromatique, amplifié ou non, ses interventions sont là pour servir le climat et pas pour étaler une quelconque technique, qu’il semble largement posséder au demeurant. De la même façon, les solos de guitare d’Anthony Stelmaszack sont mesurés, sensibles, toujours adaptés à l’artiste qu’il accompagne. La combinaison des deux donne de grands moments sur Bad luck is my nameKeep your elbows on the wheelThree times a fool, My baby’s goneMagic touch ou Every night about this time.

Anthony Stelmaszack

Fabrice Bessouat

Tout cela a beau durer une bonne heure et demie, on trouve que le temps passe trop vite tellement on est bien, amené petit à petit dans un monde heureux où blues et soul se confondent. Le final se fait en blues lent puis plus enlevé avec Get offa dat butt. Dans le hall, on en reprend une dose avec une discussion sur les mathématiques appliquées, la raison d’être des trous noirs, l’effet tunnel et la création de notre monde. Qui dit mieux ?

Texte et photos : Christophe Mourot