;
Chroniques / 18.11.2020

Blxst, No Love Lost

On ne compte plus les artistes qui tirent à la ligne sur des productions trap interchangeables le long d’albums interminables. Matthew Burdette imprime sa différence en allant à l’essentiel, élaborant lui-même ses petites vignettes dépourvues de fioritures. Huit titres pour seulement 19 minutes particulièrement affûtées. Ce premier projet en solo du producteur-rappeur-chanteur de Los Angeles, connu notamment pour son association avec Bino Rideaux, est un modèle de concision inspirée. 

Ici une guitare volubile, là un Moog baveux ou un synthé sinueux, partout un matelas rythmique imposant mais véloce, avec ce qu’il faut d’espace pour créer une dynamique qui prend aux tripes. Pas d’étalage nombriliste mais une manière d’infléchir son phrasé en déplaçant le curseur entre rap et chant pour partager des bouts de soi. « What we built ain’t overnight », précise Blxst sur le juteux Wrong or right. Ce qu’il vient de bâtir-là montre combien son sens de l’à-propos mérite de sortir de l’ombre de ceux qui n’ont pas fini de le solliciter.

Nicolas Teurnier

Note : ★★★★
Label : Red Bull
Sortie : 4 septembre 2020

BlxstNicolas Teurnier