;
Chroniques / 20.01.2023

Pip Millett, When Everything Is Better, I’ll Let You Know

Un timbre captivant présente une fine plume qui invite à l’introspection. C’est ce qui émanait déjà clairement de “Lost In June”, deuxième EP de Pip Millett publié par un printemps de confinement. Un troisième avait suivi à l’été 2021, “Motion Sick”, dont la fibre hip-hop soul illustrait d’autres perspectives en matière de production. 

La jeune chanteuse de Manchester a pris le temps avant de s’attaquer au “long format”. Un cap qu’elle franchit avec un panel de producteurs inspirés (Josh Crocker, Charlie J Perry, Eg White & Fred Cox…). Et sans invité, ce qui peut se comprendre quand on nomme son album “Quand tout ira mieux, je vous le ferai savoir”. Lovées dans de délicats écrins organiques, des chansons comme Downright et This stage détiennent cette faculté perturbante de vous envelopper dans les replis d’une douleur profonde. « I’m listening to sad songs », confie Smoking à travers une voix faussement désabusée quand plus loin Happy no more se laisse guider par une basse chantante et un agile phrasé vocal adapté à la densité et à l’intensité du texte. 

Mais “When Everything…” n’est pas une bande-son pour se morfondre sur son mal-être intérieur, c’est un programme de guérison finement bâti. Avant une conclusion réconfortante (Only love), Pip Millett signe également des morceaux plus “dansants” (tranquillement toujours, comme l’enivrant Walk away) et une série d’interludes tout aussi soignés (mention au puissant groove de Hold up). L’ensemble bénéficie d’un bel équilibre entre la culture soul et instrumentale de la musicienne et son ouverture aux grammaires hip-hop et electro. Ce premier album illustre en tout point le niveau d’exigence et d’intégrité d’une artiste qui pousse à l’écoute attentive. 

Nicolas Teurnier

Note : ★★★★
Label : Sony Music
Sortie : 21 octobre 2022