;
Hommages / 13.05.2024

Phil Wiggins (1954-2024)

Bien qu’il soit décédé la veille de ses 70 ans – il était né le 8 mai 1954 –, le chanteur et harmoniciste Phil Wiggins incarnait depuis près de cinq décennies, tant par sa musique que par une forme d’activisme passant notamment par l’enseignement, la tradition du Piedmont Blues, telle qu’incarnée avant lui par des créateurs comme Blind Blake, Blind Willie McTell, Blind Boy Fuller, Sonny Terry et Brownie McGhee.

Originaire de Washington, il découvre l’harmonica dès l’enfance et ne tarde pas à commencer à jouer dans la rue aux côtés d’une des figures légendaires de la scène de la ville, la chanteuse et guitariste Flora Molton, qu’il accompagne en particulier au prestigieux Smithsonian Festival of American Folklife. Il intègre également l’orchestre du pianiste Big Chief Ellis, ancien accompagnateur de Brownie et Sticks McGhee, Champion Jack Dupree et Sonny Terry. Il y croise le guitariste John Cephas, son aîné de 24 ans, avec qui il monte un duo acoustique, qui ne tarde pas à se faire remarquer sur la scène folk et blues. 

Repérés par Horst Lippmann, le duo publie plusieurs albums sur L+R Records et tourne régulièrement en Europe, en particulier dans le cadre des éditions 1981 et 1982 de l’American Folk Blues Festival, ainsi qu’à l’occasion de tournées sponsorisées par le gouvernement américain, ce qui leur permet notamment de se produire en Union soviétique à la fin des années 1980. Si le répertoire du duo est largement composé de reprises, il intègre également quelques compositions originales, comme Butt naked blues, signé par Wiggins, qui évoque crument la crise du crack à Washington. Après une série d’albums pour Marimac Recordings, Flying Fish et Chesky Records, le duo signe avec Alligator au milieu des années 1990 et publie quatre disques pour le label jusqu’en 2006. Un dernier album sort en 2008, un an avant la mort de John Cephas, sur Smithsonian Folkways. 

Après le décès de son partenaire de plus de trois décennies, Wiggins continue sa carrière avec différents partenaires dont Nat Reese, Corey Harris et Dominic Turner ainsi qu’avec un groupe, The Chesapeake Sheiks. Outre ses concerts et ses disques, il mène une carrière d’enseignant, en particulier pour le Augusta Heritage Center et Port Townsend Acoustic Blues Workshop, dont il assure quelque temps les fonctions de directeur artistique. Il participe également à l’organisation du John Cephas Piedmont Blues Festival qui se tient à Bowling Green en Virginie. En 2017, il est lauréat d’un NEA National Heritage Fellowship, qui couronne les artistes populaires. Il continuait à se produire régulièrement et était annoncé dans différents festivals cet été.

Texte : Frédéric Adrian
Photos © Brigitte Charvolin