;
Live reports / 16.07.2021

Lianne La Havas, Festival Days Off, La Philharmonie de Paris

8 juillet 2021.

« C’est bon d’être de retour. C’est vraiment bon. » Lianne La Havas avait déjà eu la chance de faire son retour sur scène il y a quelques mois à Londres avant de se retrouver, comme tout le monde, à nouveau confinée. La veille, elle était également au programme d’une soirée soul au festival Jazz à Vienne aux côtés de Maë Defays et Imany. Mais en pénétrant le 8 juillet dernier dans la grande salle Pierre Boulez de la Philharmonie de Paris, théâtre du Festival Days Off dont elle était l’une des têtes d’affiche, la chanteuse, compositrice et guitariste britannique semblait réellement touchée et émue de retrouver un public, son public, venu en nombre rien que pour elle malgré les contraintes sanitaires, et une ambiance digne des grandes soirées d’avant. 

Et tant pis si ses habituels partenaires avaient eux dû rester à Londres pour cause de résurgence de l’épidémie. Comme lors de sa dernière prestation à Paris au théâtre des Bouffes du Nord en 2016, c’est donc seule sur scène que la grande Lianne a illuminé la soirée, après une première partie surprise assurée par la Franco-Israélienne Yael Naïm. Sublime, comme toujours, dans sa tenue léopard, envoutante, magnétique, la Londonienne a enchainé pendant plus d’une heure les changements de guitare et les titres de son troisième album — Bittersweet, Paper thin, Can’t fight…  —,  avant de mettre ses fans à contribution sur les incontournables Unstoppable, Green and gold ou encore Midnight. Pour une reprise, difficile de rêver mieux qu’une soirée pop soul intimiste ou presque avec Lianne. 

Texte et photos : Frédéric Ragot

festivalFestival Days OffFrédéric RagotLa Philharmonie de ParisLianne La Havas