;
Chroniques / 25.09.2018

Lenny Kravitz, “Raise Vibration”

Onzième album studio de Lenny Kravitz, “Raise Vibration” redonne au multi-instrumentiste américain un peu de sens créatif que son précédent disque “Strut” avait largement dilué quatre ans plus tôt. L’air pur des Bahamas sans doute, paradis terrestre dans lequel l’auteur de Let love rule vit et compose désormais le plus clair de son temps.

Sans pour autant revenir à l’excellence et l’exigence des années 1990-2000, l’album porte en lui “l’essentiel by Kravitz” : cri de rage (les huit minutes de It’s enough, cousin éloigné du Inner city blues de Marvin Gaye), message d’unité (We can get it all together en ouverture) et tourment amoureux (le single Low qui héberge quelques vocalises – inutiles – de Michael Jackson sur son refrain). Voilà pour l’attendu triptyque, l’évident collier pop-rock que le chanteur porte autour de son cou depuis ses débuts.

Les surprises ? Il y en a. Heureusement. Elles se nomment 5 more days ’til summer, douceur folk simple et réjouissante, Who really are the monsters?, fable rythmiquement percutante qui évoque à l’évidence le Hot thing de Prince (remercié dans les crédits du disque). Sans oublier The majesty of love, sommet de funk noué dans un impeccable solo de sax soufflé par Harold Todd. Juste assez pour tolérer le trop plein de ballades, oubliables, et vite oubliées.

Mathieu Bellisario

Note : ★★★
Label : BMG / lennykravitz.com
Sortie : 7 septembre 2018