;
Chroniques / 10.04.2019

Khalid, “Free Spirit”

Le succès colossal de “American Teen” de 2017 avait pris le monde par surprise, à commencer par son auteur lui-même. Le rouleau compresseur de la gloire étant passé par là, l’insouciance, la nonchalance et la candeur de l’adolescence ont laissé place à la désillusion d’un jeune chanteur en perte de repères. Si ses paroles sont toujours cathartiques, l’humour et les anecdotes piquantes de son premier album manquent cruellement. Fades, clichées et sans relief, à l’instar de la musique proposée ici. Mélodies qui ne décollent jamais, production en kit, durée excessive (57 minutes)… le Texan de 21 ans confirme hélas les mauvaises impressions laissées par son EP “Suncity” (dont il réintègre les deux singles) en se vautrant dans le tout-venant FM.

Confectionné par les Anglais de Disclosure, Talk, avec son groove rebondi et son refrain addictif, surnage toutefois au-dessus de cette mélasse uniforme, dont ni la new wave bon marché de Hundred, ni le vaguement funky Outta my head, auquel John Mayer contribue à la guitare, ne parviennent à s’extirper. Le robinet d’eau tiède coule à flots jusqu’à une fin d’album plus habitée et personnelle, qui sauve l’honneur. Tout d’abord avec le soulful Bluffin’, ballade post-rupture pétrie de regrets où il glisse vers des sonorités plus organiques. Ensuite, les trois morceaux suivants révèlent une noirceur que l’on ne soupçonnait pas. L’oppressant Self, que n’aurait pas renié un Jacob Banks, met en lumière la dualité interne de l’artiste. Avec le mélancolique Alive, porté par un falsetto plein de lyrisme, et un Heaven de la plume du chanteur folk Father John Misty, Khalid nous offre de troublantes ruminations sur la mort et le suicide. Alors, petit prince du R&B introspectif ou nouveau roi d’une pop mainstream jetable ? Les paris sont ouverts.

Mathieu Presseq

Note : ★★
Label : RCA / Sony Music
Sortie : 5 avril 2019

chroniqueKhalidnew albumRCAreviewRnB