;
Chroniques / 20.11.2020

Kelly Finnigan, A Joyful Sound

Même si des centaines d’artistes de tous bords y ont déjà eu recours, la tradition du disque de Noël a rarement généré de réussites mémorables. Raison supplémentaire pour saluer la sortie de cette perle d’album, nouveau chef-d’œuvre signé Kelly Finnigan qui, après avoir publié coup sur coup deux opus marquants (son premier LP solo et le dernier Monophonics), n’en finit plus d’éclabousser de sa classe la scène soul contemporaine. 

Mais d’où tire-t-il pareille mélancolie ? Odes à la nostalgie, ses morceaux introspectifs griffés d’écho, de falsetto meurtrier et d’arrangements flamboyants hurlent leur amour des années 1970, comme s’il n’avait toujours pas réglé ses comptes avec ses obsessions d’enfant (To be young at Christmas, cette merveille absolue) ou ses échecs traumatiques (Heartbreak for Christmas). Il y a dans sa musique une douleur diffuse, une urgence qui donne à penser que Finnigan est terrifié par la fuite du temps, lui qui a déjà dépassé l’âge de ses idoles lorsque celles-ci signaient leurs œuvres de référence. Sans l’avoir cherché, mais parce que ses aptitudes hors-normes le positionnent ainsi, le Californien se retrouve bombardé chef de file d’un courant artistique majeur dont la plupart des représentants participent à son projet-chorale. Que casting ! Dap-Kings, Indications, Ghost Funk Orchestra, Ikebe Shakedown, Neal Francis, Delvon Lamarr… 

Malgré cette avalanche de fortes personnalités, Finnigan garde l’entière maîtrise de son disque. Production féérique (cuivres, harpe, cordes, flûte, glockenspiel, chœurs…), vocaux à tomber à la renverse, implication totale (ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène savent que cet homme chante comme si sa vie en dépendait), compositions originales cinq étoiles qui sonnent comme des classiques mais dont la noirceur désespérée puise ses racines dans notre époque.

Ulrick Parfum

Note : ★★★★★ (Le Pied)
Label : Colemine
Sortie : 24 novembre 2020

Colemine RecordsKelly FinniganUlrick Parfum