;
Chroniques / 17.01.2019

Hyleen, “B-Side”

Repérée dès son premier album “U & I” publié en 2014 (4 étoiles dans notre numéro 217), Hyleen Gil est devenue entre-temps Hyleen. Peut-être le signe d’une nouvelle étape dans la carrière de la jeune femme de 27 ans, après des débuts certes réussis, mais moins à son image. “B-Side” offre à ce titre une approche plus intime (belle déclaration d’amour dans My first of all) et aussi beaucoup plus personnelle de son univers, notamment dans l’enregistrement qu’elle a souhaité plus “naturel”. Elle, sa guitare et sa voix, avec à ses côtés en studio, deux musiciens : Nicolas Viccaro à la batterie et Julien Boursin aux claviers et moog-bass. En ressort un son plus organique que précédemment, moins produit, laissant la juste place à chaque instrument. Avec pour délicate mission, celle de capturer le groove, cette « étrange sensation quand la magie prend sur un morceau ou sur un rythme », confesse la chanteuse originaire de Cannes.

Mission accomplie d’entrée avec Dark knight : couplets feutrés, refrain chaloupé, et odyssée jazz funk en guise d’outro. Une excellente première impression qui se diffuse tout au long de ce deuxième disque à la musicalité très maîtrisée, quel que soit le battement des pulsations : acidulées sur le bonbon pop Breeze, nerveuses dans I’m on the ride, ou bien tout en douceur acoustique avec Fly high. Un peu fuyant mais toujours charmant, le chant d’Hyleen (qui ne s’éteint que sur l’instrumental Beside me) caresse sans fard chaque étape de cette vie, la sienne. Une jolie histoire racontée, sur laquelle il faudra désormais compter.

Mathieu Bellisario

Note : ★★★★
Label : La Note Bleue Productions / In Ouïe / hyleenofficial.com
Sortie : 17 janvier 2019