;
Chroniques / 31.08.2018

Delgres, “Mo Jodi”

Une formule coup de poing et un son viscéralement original : forcément, Delgres laisse des traces là où il passe.

En 2015, il enfonçait les portes grâce à une poignée de titres filmés en studio. Depuis, le trio francilien a écumé les planches, cultivé sa précieuse alchimie et pris le temps d’en saisir toute la force dans ce premier album.

Le sousaphone, alerte, sait tour à tour sonner la charge, ramper insidieusement, souligner en caressant, en dialogue continu avec une batterie de feu qui consume ses peaux avec autant de vigueur que d’émotion. Mais la conversation ne se limite pas à Rafgee et Baptiste Brondy, elle inclut dans ses moindres interstices la guitare habitée de Pascal Danaë. Salves slidées, riffs tueurs, contrechants électrisants doublés d’un phrasé polymorphe particulièrement aiguisé : le quinqua d’Argenteuil démontre à quel point son riche parcours a pris un nouvel élan en trouvant dans la transe du blues originel une manière de se reconnecter à ses racines guadeloupéennes. D’où ce chant en créole qui prend aux tripes en jetant un pont entre le Delta, la Louisiane et les Antilles.

Et quand on nomme son groupe d’après un héros anti-esclavagiste (le colonel Louis Delgrès, mort libre en 1802), on est enclin à toucher des sujets forts et sensibles, ici en mêlant ressenti intime et portée universelle, véritable marque des grandes chansons. Si “Mo Jodi” nous entraîne d’abord dans un tourbillon de révolte (Respecte nou, Mo jodiMr. President), il bénéficie d’un bel équilibre : deux moitiés qui chacune s’embrase puis laisse place à un recueillement saisissant. Côté feu, l’implacable Can’t let you go et sa pulsation empreinte de dancehall ou encore ce Ti manmzel qui s’avance sur la pointe des pieds avant de bondir ; côté eau, des purs moments de grâce comme Ramene mwen et Pardone mwen, confessions poignantes qui transforment les échardes de la distance en mélancolie revigorante. Ainsi va Delgres, célébration d’une fraternité créative sans œillères.

Nicolas Teurnier

Note : ★★★★★ (Le Pied!)
Label : Pias
Sortie : 31 août 2018