;
Live report / 05.06.2018

Calibro 35

Dans la liste des casses à faire en mai, les quatre de Calibro 35 avait noté le New Morning. C’est sans cagoules mais en costards noirs, sans fusils à pompes mais avec leurs instruments vintage, que le braquage à coups de dynamites noires 60s-70s a fini par prendre des airs de prises d’otages tant le public (qui aurait mérité d’être plus nombreux) ne pouvait plus s’en sortir quand les Milanais passaient en revue leurs plus récentes aventures discographiques dans l’espace.

Bassiste aux postures métalliques, batteur jazz aux poignets surpuissants et aux bras de Shiva, guitariste-clavier-bidouilles cosmiques d’un côté, clavier-saxo-en-même-temps-d’une-seule-main-flûte de l’autre, deux sets impitoyables d’un quatuor ultra compact, entre funk, jazz, afro, psychédélisme et bandes-originales. Clair. Précis. Net. Sans bavures. 

Franck Cochon