;
Live report / 06.02.2018

Arnaud Fradin & his Roots Combo + Delgrès

Organisé par Nueva Onda dans le cadre du BIS (Biennales Internationales Du Spectacle), ce concert au Ferrailleur accueille un public composite, mélange de vrais spectateurs et de professionnels du spectacle. L’affiche est belle avec Arnaud Fradin & His Roots Combo et Delgrès. Arnaud entame magnifiquement la soirée en duo entre lui-même à la guitare et au chant et Thomas Troussier à l’harmonica. Ils sont rejoints par Igor Pichon à la contrebasse et Richard Housset aux percussions et on s’immerge dans le répertoire de leur magnifique disque avec Two trains runningIllinois blues, les reprises de Bob Dylan et Alvin Youngblood Hart, et plusieurs reprises de Robert Johnson dont Come on in my kitchen qu’Arnaud joue seul. Le morceau-titre Steady rollin’ man est, comme sur le disque, envoûtant avec son rythme hybride, les percussions de Richard Housset, un superbe solo de Thomas Troussier avec un beau passage dans les aigus, et une communion avec le public sous forme de chant murmuré tous ensemble. I know it was your love fait le lien avec l’univers de Malted Milk avant le rappel avec Walk with your maker. Le blues a apporté la catharsis attendue, on est apaisé, lavé de ses soucis, prêts pour la suite.

 


Delgrès

 

Elle sera à la hauteur car Delgrès a tout pour plaire. Son format en trio, avec Pascal Danaë à la guitare et au chant, Baptiste Brondy à la batterie et Rafgee et son sousaphone en lieu et place de la basse classique. Son style, mélange de blues, rock et musique créole de Guadeloupe, avec un répertoire entièrement original. Son énergie enfin, placée au plus haut niveau dès les premières notes, et qui ne faiblira pas un instant. Le son est beau, celui de la guitare très vintage, de la voix toute en écho, du sousaphone avec des barrissements impressionnants, et celui de la batterie où Baptiste sera exceptionnel. Pascal communique avec le public, explique les thèmes des chansons, en donne les titres en français de métropole, Respectez-nousLa merQuatre heure matin, et on se laisse emporter. Mo jodi, hommage à Louis Delgrès, est le temps fort de leur concert, à tel point qu’ils le reprennent en deuxième rappel, après un premier titre en anglais. Le trio annonce un disque pour le mois de septembre. C’est un long délai, aussi faudra-t-il se précipiter au moindre concert en attendant.

Texte et photos : Christophe Mourot