;
Live reports / 26.03.2024

Facesoul + Ann Shirley, Point Éphémère, Paris

15 mars 2024.

Belle entame de soirée avec Ann Shirley. La chanteuse francilienne, qui en 2019 nous avait fait forte impression dans le cadre du collectif soul Let’s Get Together, illustre à nouveau l’évident charisme de son timbre chaleureux. Accompagnée de Nicholas Vella bien impliqué au clavier et de prods lancées depuis l’ordi, Ann Shirley présente ce soir son tout récent EP “FORT.E.S.”, belle réussite de cinq compositions chantées en français qui tissent des toiles de courage et d’espoir reliées notamment à son ascendance camerounaise.

Nicholas Vella, Ann Shirley

R&B, soul et afro pop se mêlent pour un appel à l’unité (Fort.e.s), pour saluer la résilience inspirante de femmes migrantes (Les hirondelles), pour célébrer l’amour enveloppant d’un être cher (Mémé Angèle). Le festif Ayo finit d’emballer un Point Éphémère tout à fait réceptif et donc tout à fait prêt pour la suite. 

Se relier droit au cœur de l’auditeur, telle est la mission de Faisal Abdi Salah, alias Facesoul, qui l’a déjà menée à bien grâce à deux projets remarquables, “Ysra” (2021) et “A Beautiful Patience” (2023), au programme ce soir. Sa soul réparatrice servie dans un écrin dépouillé se transpose tout naturellement sur scène. Un petit pad sur un pupitre et un micro, il n’en faut pas plus au chanteur somalien basé à Londres pour nous embarquer dans son monde. 

Un premier titre a cappella, le suivant bâti à l’aide d’une loop, le reste lancé depuis sa station. L’effet est le même : c’est bien son chant lead empli d’une ferveur irradiante qui génère une intensité peu commune. La dimension spirituelle qu’on ressentait déjà bien à distance prend ici naturellement son aise, d’autant plus renforcée par la personnalité lumineuse de l’artiste. Il émane de cet homme une énergie positive franchement contagieuse, nourrie d’un humour et d’une envie de partage qui confèrent à sa prestation une dimension particulière, telle une communion limpide et sans chichis.

Qu’il contextualise ses chansons avec des « quick story time », donne des directives pour l’accompagner dans le prochain morceau ou confie être en train de dompter les relents d’un repas trop vite ingurgité, Facesoul instaure un vrai dialogue avec le public qui le lui rend bien, en chantant, en levant les bras, en formant des cœurs avec les mains, avec un élan naturel qui ne laisse pas de prise au cynisme.

Devant un tel accueil, Facesoul, son large sourire et son keffieh tournoyant impriment les dernières images avant le baisser de rideau. On se souviendra longtemps de cette rencontre sincère, joyeuse et apaisante.

Texte : Nicolas Teurnier
Photos © Cindy Voitus

Ann ShirleyconcertFacesoul