Live reports

06/04/2017

Bernard Sellam (Awek) © J-M Rock'n'Blues

Awek – Elise & The Sugarsweets

New Morning, Paris 10e

Ce n'est pas souvent qu'Awek se produit à Paris, alors, forcément, quand ils montent du Capitole à la capitale, il y a foule ! Le New Morning était rempli pour le lancement parisien de leur dixième album, l'excellent “Long Distance”. Partageurs, les Toulousains avaient convié Elise & The Sugarsweets à ouvrir pour eux. Un groupe énigmatique pour moi jusqu'à leur arrivée sur scène quand on put reconnaître une partie des ex-Shake Your Hips, à savoir le guitariste Olivier Raymond et le batteur Olivier Ferrie, associés à Sylvain Lansardière (org) et Jérome Ferrie (b). Le look est soigné : costume, cravate et casquette leur donne l'air de sortir des Peaky Blinders

 


Olivier Raymond

 


Sylvain Lansardière

 


Olivier Ferrie

 

Mais celle qui capte vite l'attention, c'est la chanteuse Élise Heyte. Sa fraîcheur et sa grâce ne l'empêchent pas de révéler un vrai tempérament. La voix est affirmée, conquérante, et s'adapte bien au répertoire composé de quelques originaux (I want to stay alone, Road to the coal mine) et de reprises évitant les standards trop convenus (Meet me at the station de Freddie King, Sooner or later de John Németh, Won't be long d'Aretha). Mais c'est avec I'd rather go blind d'Etta James qu'elle se montre sous son meilleur jour. Un set bien mené et une nouvelle aventure à suivre.

 


Olivier Raymond, Élise Heyte

 


Élise Heyte

 

Awek peut puiser dans son stock de compositions originales pour offrir une prestation personnelle. Certes les influences sont bien présentes mais elles passent par le filtre de la personnalité de chaque membre. On entend l'empreinte de Chuck Berry (auquel ils rendent hommage), de Slim Harpo ou de Little Walter, mais le jeu de Bernard Sellam à la guitare ou de Stéphane Bertolino à l'harmonica soutient constamment l'intérêt.

 


Stéphane Bertolino, Bernard Sellam, Olivier Trebel

 


Olivier Trebel, Bernard Sellam, Joël Ferron

 


Stéphane Bertolino

 


Joël Ferron

 


Olivier Trebel

 

Ils peuvent générer un swing dévastateur dans une veine jazz que stimule le drumming d'Olivier Trebel. Quelques titres du nouvel album sont au programme (Scratch blues, L.A. stomp, Think…), mais aussi d'autres plus anciens (Pretty little liar, Sunshine in my bedroom, Come back baby…). Ils partagent la scène, le temps de quatre ou cinq titres, avec Fred Chapellier qui privilégie un climat plus chargé. Il chante Further on up the road et If you be my baby (Peter Green) et délivre ses solos avec une sensibilité plus dramatique. Une complémentarité et une complicité appréciées. De partage, il sera encore question quand les Sugarsweets et Chapellier se joindront à Awek pour un Hound dog final.

Jacques Périn
Photos © J-M Rock'n'Blues

 


Bernard Sellam, Fred Chapellier, Joël Ferron

 

L'actu Soul Bag

Pages :
Le 02/02/2018
Élysée-Montmartre, Paris 18e
Le 02/02/2018
Jazz Club Étoile, Paris 17e
Le 31/01/2018
Duc des Lombards, Paris 1er
Le 31/01/2018
YoYo, Paris 16e
Le 30/01/2018
La Maroquinerie, Paris 20e
Le 29/01/2018
Alhambra, Paris 10e
Le 28/01/2018
Eden Distric Blues, Oraison (04)
Le 27/01/2018
Olympia, Paris 9e
Le 26/01/2018
Studio de l'Ermitage, Paris 20e
Le 19/01/2018
Théâtre de Caen (14)
Le 18/01/2018
Le Ferrailleur, Nantes (44)
Le 13/01/2018
O''Gib, Montreuil (93)
Le 04/01/2018
Duc des Lombards, Paris 1er
Le 14/12/2017
New Morning, Paris 10e
Le 11/12/2017
La Maroquinerie, Paris 20e