Actus

25/09/2015

© Brigitte Charvolin

Ben Cauley, 1947-2015

Pour les amateurs de soul, le nom de Ben Cauley, qui s’est éteint le 21 septembre 2015 à 67 ans, reste indissociable d’un évènement extra-musical. Ce 10 décembre 1967, il est endormi quand l’avion qui transporte Otis Redding et ses collègues des Bar-Kays vers leur prochain concert à Madison, dans le Wisconsin, s’effondre dans le lac Monona. Sauvé par miracle, il est le seul survivant de l’accident dont il fera des cauchemars jusqu’à la fin de sa vie.

Né le 3 octobre 1967 à Memphis, c’est pendant sa scolarité qu’il se met à la trompette et fonde un groupe avec des amis de son âge, le guitariste Jimmy King, le saxophoniste Phalon Jones, le clavier Ronnie Caldwell, le bassiste James Alexander et le batteur Carl Cunningham. D’abord baptisé sans trop d’originalité les Imperials, le groupe devient au milieu des années 1960 les Bar-Kays. Découverts par Al Jackson Jr, le batteur de Booker T & the MG’s, qui les fait jouer dans un club dont il est propriétaire, les jeunes musiciens signent avec Stax et commencent à assurer le rôle de second orchestre maison aux côtés de Booker T & the MG’s, avant de rencontrer le succès dès leur premier 45-tours, Soul finger, cosigné par l’ensemble des membres du groupe. Alors que leur premier album, baptisé du nom du tube, paraît, ils sont embauchés comme nouveau groupe de scène par Otis Redding, qui sort d’une période d’inactivité forcée suite à une opération. Les quelques images qui existent d’Otis avec le groupe confirment leur évidente complémentarité, brutalement interrompue par le drame.

 


Porretta, 2012

 

Malgré les séquelles de l’accident, Ben Cauley poursuit sa carrière de musicien, d’abord avec les Bar-Kays reformés avec le bassiste James Alexander (absent de l’avion ce soir-là), puis, à partir du début des années 1970, en tant que musicien de studio et de scène. Il intègre ainsi l’orchestre d’Isaac Hayes et participe à de nombreuses séances dans les studios de Memphis, de Muscle Shoals et occasionnellement de Nashville. Outre les différents projets pilotés par Isaac Hayes, on l’entend ainsi pendant la décennie et celle d’après aux côtés de Candi Staton, Joe Tex, Denise LaSalle, William Bell, O. V. Wright, Ann Peebles, Bobby Womack, Millie Jackson, Johnnie Taylor, B.B. King, Z.Z. Hill, Bobby Bland et bien d’autres. Des problèmes de santé à la fin des années 1980 l’obligent à ralentir quelque peu le rythme mais il continue à se produire régulièrement à Memphis et à participer à des séances occasionnelles (il est ainsi sur les derniers disques de Boz Scaggs et de Keith Richards). Dans le courant des années 2000, il rejoint l’ensemble “vintage” conçu par Scott Bomar, les Bo-Keys, avec lesquels il se produit notamment à Porretta en 2012. Resté associé dans l’esprit du public à Otis Redding, il ne manquait jamais de saluer la mémoire de ses camarades défunts en chantant Dock of the bay

Frédéric Adrian
Photos © Brigitte Charvolin

 


Avec Larry Dodson (et Ezra Williams à la guitare), Porretta, 2012.

 

L'actu Soul Bag

Pages :
Publié le 20/11/2018
Publié le 19/11/2018
Publié le 19/11/2018
Publié le 16/11/2018
Publié le 16/11/2018
Publié le 15/11/2018
Publié le 14/11/2018
Publié le 14/11/2018
Publié le 13/11/2018
Publié le 12/11/2018
Publié le 11/11/2018
Publié le 09/11/2018
Publié le 08/11/2018
Publié le 08/11/2018