Live reports

07/07/2017

Paul Size, Jonny Ray Barte,l Mike Flanigin © Christophe Mourot

The Red Devils

Le Gueulard+, Nilvange (57)

Ils avaient annoncé une renaissance et ils l’ont fait : Jonny Ray Bartel (b), Mike Flanigin (g), Paul Size (g) et Bill Bateman (dm) ont reformé les Red Devils et demandé à Big Pete de prendre la place de Lester Butler à l’harmonica et au chant. Et il fallait un fondu du groupe original pour leur organiser une date en France, ce qu’a fait Nico Vallone, illustre organisateur du festival Vache de Blues. Nous voici donc à Nilvange en ce 7 juillet dans la belle salle du Gueulard+ (*).

La soirée est ouverte par Goon Mat et Lord Bernardo, duo post downhome de boogie blues déchaîné, qui va faire honneur à sa réputation de chauffeur de salle. En deux minutes, la température monte de plusieurs crans. Goon Mat a une allure folle, un regard habité et débite du boogie à la guitare au kilomètre, en martelant le rythme sur sa batterie aux pieds. Lord Bernardo arpente la scène dans tous les sens, en marchant, courant, rampant et, entre deux chorus incendiaires, adore braquer son micro vers les amplis pour générer du larsen. Et ça, c’est quand il ne grimpe pas dans les structures de la salle. Toute cette énergie reste au service de la musique, particulièrement idoine pour mettre le public en mouvement.

 


Goon Mat

 


Lord Bernardo

 

Et puis les monteurs installent le matériel des Red Devils dont deux superbes amplis rouges Marble spécialement fabriqués pour la tournée.

Le groupe investit la scène, il y a du cuir, du denim, du regard viril, du visage buriné, et surtout du talent musical. Dès les premières notes, on est renvoyé vers le disque “Live At King King”, ça tombe bien car c’est ce qu’on veut. Le répertoire y contribue avec Goin’ to the churchI wish you would et bien sûr AutomaticTail dragger et Devil woman, mais aussi Who do you loveCheckin’ up on my babyJust your fool, qu’on retrouve sur le disque publié cette année.

Cette (re)formation a gardé toute sa capacité à saturer l’espace sonore en offrant des tranches musicales pourtant aisément distinguables, pulser des rythmes implacables, séduire par un jeu de scène épuré, et projette un évident plaisir à jouer ensemble. Big Pete n’a pas à rougir de la comparaison avec feu Lester Butler, il tient parfaitement sa place. Après ce concert à Nilvange, le groupe part en tournée avec vingt-huit dates en première partie de ZZ Top, dont Mike Flanigin est aussi le clavier.

 


Big Pete

 


Bill Bateman

 

À noter que plusieurs bénévoles de cette soirée sont d’ex-membres de l’organisation de Vache de Blues et qu’ils laissent tous entendre, Nico Vallone en premier, qu’une nouvelle aventure pourrait commencer en 2018.

Texte et photos : Christophe Mourot

(*) Le gueulard est le trou au sommet d'un haut fourneau, par où sont chargés le minerai de fer et le coke et par où est évacué le gaz de haut fourneau. Nilvange est situé dans la vallée de la Fensch, en prolongement de Hayange, Hagondange et Uckange dont les hauts fourneaux vont être inscrits au patrimoine national. Retenez bien ça car il y aura une suite musicale.

L'actu Soul Bag

Pages :
Le 12/11/2017
CAC Georges-Brassens, Mantes-la-Jolie (78)
Le 10/11/2017
Jazz Club du Méridien Étoile, 17e
Le 07/11/2017
La Cigale, Paris 18e
Le 03/11/2017
Jazz Club du Méridien Étoile, Paris 17e
Du 03/11/2017 au 04/11/2017
Palais du Littoral, Grand Synthe (59)
Le 01/11/2017
Connexion Live, Toulouse (31)
Du 24/10/2017 au 28/10/2017
Villeneuve-sur-Lot et Tournon d’Agenais (47)
Le 21/10/2017
Jazz sur son 31 (Toulouse)
Le 20/10/2017
Hôtel de Talleyrand, Paris 1er
Du 20/10/2017 au 22/10/2017
Juan-les-Pins (06)
Le 14/10/2017
L'odéon, Tremblay-en-France (93)
Le 14/10/2017
Le Dix, Nantes (44)
Le 14/10/2017
Pop-Up du Label, Paris 12e
Le 14/10/2017
Soubock, Cauville (14)
Le 12/10/2017
New Morning, Paris, 10e